I.La guerre à Gaza (2009) : étude médiatique de la presse francophone

Immeuble détruitConsidérant les discours médiatiques dans leur double composante sémiotique et sociale, cet article – illustration de la première partie de l’ouvrage de Piet, Wintgens et Stans (2010) – repose sur une analyse de contenu d’articles de presse publiés entre le 19 décembre 2008 et le 19 février 2009 dans la presse francophone belge (Le Soir et La Libre Belgique) et française (Le Monde et Le Figaro).

En s’intéressant à l’analyse de la fréquence de l’information au départ de la méthode Morin-Chartier (Leray, 2008), l’interprétation du tableau 1 révèle, notamment, la faible occurrence du sujet «guerre» dans Le Figaro, là où les trois autres quotidiens lui accordent un poids non négligeable au regard des autres sujets. Le Figaro privilégie une lecture de la guerre en tant que conflit, tandis que le reste des journaux privilégie l’angle de la guerre à Gaza à celui du conflit régional. Partant, diverses formules sont utilisées pour qualifier le caractère belliqueux du conflit («guerre à Gaza», «guerre contre Gaza», «guerre contre le Hamas», «le conflit à Gaza», etc.). Si ces signifiants tendent à désigner une même réalité, les nuances demeurent. Pourtant, un clivage sémantique distingue les notions de «guerre» et «conflit ».

L’analyse de leur fréquence dans les titres dévoile que les journaux étudiés cumulent et alternent l’utilisation de ces termes, mais dans une proportion variable. Pour Le Monde, les titres font apparaître 8 mentions de la notion de «conflit» contre 35 du terme de «guerre». En des proportions semblables, Le Soir et La Libre Belgique accentuent le recours au mot «guerre» avec respectivement 28 et 45 occurrences, contre seulement 5 et 4 utilisations du mot «conflit». Le Figaro a une tendance opposée aux trois autres quotidiens, avec 21 occurrences pour le «conflit» et 8 références à la «guerre». Ce quotidien met ainsi l’accent sur l’analyse, le point de vue et l’influence diplomatique des acteurs – tant locaux, régionaux qu’internationaux – qui y sont parties prenantes.


Le Figaro % Le Monde % Le Soir % La Libre Belgique %
1 Communauté internationale 29 Répercussion du conflit 22 Guerre 18 Répercussion du conflit 26
2 Diplomatie 24 Guerre 18 Répercussion du conflit 16 Communauté internationale 18
3 Répercussion du conflit 13 Communauté internationale 17 Communauté internationale 16 Guerre 17
4 Israël 11 Diplomatie 15 Gaza 14 Diplomatie 16
5 Gaza 7 Israël 12 Israël 13 Israël 8
6 Hamas 6 Gaza 7 Diplomatie 12 Élections législatives israéliennes 6
7 Guerre 5 Élections législatives israéliennes 5 Élections législatives israéliennes 5 Gaza 6
8 Élections législatives israéliennes 3 Autorité palestinienne 2 Hamas 5 Hamas 3
9 Autorité palestinienne 2 Hamas 2 Autorité palestinienne 1 Autorité palestinienne 0

En ce qui concerne le sujet «diplomatie», dans la mesure où l’on observe une prédominance du traitement de l’information pour ce vecteur dans les quotidiens français, l’activisme dont a fait montre la France – et son Président – durant les différentes périodes du conflit ne demeure à nouveau pas étranger à cette tendance. Le Figaro, à la différence des trois autres journaux, met davantage en exergue cette partie de l’information en suivant avec plus d’acuité les déplacements, interactions et interventions de Sarkozy. Ce «suivisme» prend corps dans une sorte de storytelling présidentiel.

L’événement recèle également un enjeu interne («répercussion du conflit»), véhiculé par l’opinion publique nationale et le regard qu’elle porte sur la politique extérieure. L’ampleur de cet enjeu se manifeste concrètement à travers la succession de mobilisations populaires qui ont ponctué l’ensemble des étapes du conflit. Par ailleurs, le traitement de l’information relative aux élections législatives israéliennes affiche, en toute logique, une importance plus faible, s’agissant d’un élément conjoncturel.

Quant à l’«Autorité palestinienne», peu représentée parmi les sujets traités, elle l’est toutefois dans une mesure similaire à sa situation politique dans le conflit, dont elle demeure relativement absente, voire complètement isolée. En tant qu’acteur central, «Israël» occupe logiquement une position linéaire pour l’ensemble des journaux étudiés. Désignant à l’origine le territoire du conflit, le sujet «Gaza» est personnifié par les quotidiens comme l’un des principaux belligérants, au même titre qu’Israël, et subit dès lors un traitement similaire dans les journaux analysés. Il convient, enfin, de noter que seul Le Figaro accorde une importance relative au sujet «Hamas». Ce constat ne paraît guère étonnant, dans la mesure où ce journal confère globalement une place fondamentale aux «acteurs» du conflit. Au final, seul le sujet «communauté internationale» apparaît avec importance de façon transversale dans l’ensemble des quotidiens traités.

C.Leray, G.Piet, S.Wintgens, et D.Stans

C.Leray, G.Piet, S.Wintgens, et D.Stans

C.Leray, L’analyse de contenu, De la théorie à la pratique. La méthode Morin-Chartier, Québec, Presses de l’Université du Québec,2008.
G.Piet, , S.Wintgens, et D.Stans, , La guerre à Gaza, de l’analyse du discours médiatique à l’analyse politologique. L’État et les relations internationales en question, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, coll. «Géopolitique et résolution des conflits», n° 8, 2010.

Comments are closed.